go_up

30


SEPTEMBRE

Casque d'or
PAR Les Barbarians

Le 30 Septembre 2016

Cet homme à la chevelure soleil est un rêveur charmant. Surnommé "Casque d'Or" par Roger Coudrec, il évolue avec son visage d'ange dans un monde de combat et de grandes gueules, le rugby, sport qu'il aime plus que tout. On dit de lui qu'il est un peu râleur mais surtout généreux, courageux, séducteur et unique. Le plus doux des durs...


Lorsque le 1er février 1975, Jean-Pierre Rives connaît pour la première fois le vertige du rugby international, aux cotés de celui que l'on appellera par la suite son jumeau, Jean-Claude Skrela, il n'a que pensée, suivre les conseils de son idole, Jean Salut, focaliser toute son attention sur le numéro 8 anglais, Andy Ripley, et faire un match explosif. Il atteindra son but et la France se découvrira un blond panache à suivre jusqu'au bout du monde. Ce bout du monde, ce sera sans doute ce 14 juillet 1979 à Auckland, où, capitaine de l'équipe de France, il fait figure d'exemple et mène son groupe à la victoire face aux terribles All Blacks. Un jour symbolique pour un joueur, symbole d'une France courageuse, relevant tous les défis et capable des plus grands exploits. La preuve est faite, s'il le fallait, que Jean-Pierre Rives a la capacité de faire grandir les hommes et de décupler la force des joueurs à ses côtés.


A ce moment historique, sa notoriété est immense. Mais, en fait, il y a déjà deux ans, depuis le tournoi des cinq Nations 1977, qu'il est reconnu dans le coeur des supporters français. Cette année là, il remporte un fabuleux grand chelem avec ses 14 camarades : Aguirre, Harize, Bertranne, Sangalli, Averous, Romeu, Fouroux (capitaine), Bastiat, Skrela, , Palmié, Imbernon, Paparemborde, Paco, Choley. Une équipe mythique qui restera dans les annales du rugby français.


Plus qu'une rencontre sportive, ce fut pour ces quinze joueurs le début d'une profonde et sincère amitié qui transformera leur vie. Invités par les Barbarians anglais à participer à plusieurs matchs, Jean-Pierre et ses complices créent leur propre équipe française, le 11 août 1979 : le Barbarians Rugby Club (BRC). "Les Barbarians, c'est plus un sentiments d'être qu'une sélection. Un Barbarian se sélectionne lui même. A part savoir jouer au rugby, le Barbarian doit être bon camarade et ne penser qu'à attaquer !". Jean-Pierre Rives est aussi et avant tout un Barbarian, membre d'une institution à laquelle il est très attaché, son lien le plus sûr, aujourd'hui, avec le monde du rugby.


Le 13 décembre 1984, il décide de se retirer du rugby de haut niveau pour se consacrer à sa deuxième passion : la sculpture, ce qui convient assez bien à un ferrailleur dans l'âme. Plus casqué que jamais, jouant encore avec le feu, il aime partager avec son maître et ami, Albert Féraud, ce goût commun pour relever et ramener à la vie ce qui paraît perdu, tout comme il l'a si souvent fait tout au long de sa carrière sportive.


Alors, dans son atelier de Châtillon ou passant par sa demeure de Mendocino d'où l'on aperçoit les baleines lorsque l'on prend son petit déjeuner, Jean-Pierre reste toujours le même homme, avec sa bravoure et son air de rien, son oubli de tout et son délicat souci des autres.

nous suivre sur
|
inscription à la newsletter
|